LYNE BASTIEN artiste / artist
EssorPanacheOraison IOraison II
*Exposition Clair-Obscur*

Centre culturel Peter B. Yeomans
Printemps 2014
Accompagnant les œuvres de l’exposition Clair-Obscur, quelques extraits des textes de Marc Vachon révèlent le regard intime et poétique posé par un autre créateur sur l’artiste et son œuvre et en deviennent le complément parfait.


Clair-obscur

Parfois, dans l’embrasure d’une pensée, son pas s’affole, émigre sur des terres oppressées d’implacable. Inoculé de tourments, un brin de silence décharné hésite, courbe l’échine, englouti.

Parfois, inclinée dans une prière déposée, le long d’affables rives ses mains brisées accostent. Sous une bruine innocente s’épuisent les vestiges d’une inquiétude.

Parfois, le vent s’éteint. Abandonnée au creux de deux ailes graciles, une chaleur longe les côtes de son âme impavide. Devant ses yeux, un pâle lacis de lumière et d’ombre.

Parfois, il n’y a plus que le geste.


Des grains d’un blanc sombre

C’est une toile blanche d’une neige nouvelle à peine déposée. Aucun faux pas sur l’immaculée, aucune ombre, que l’aurore d’une vie dans la lumière qui s’étale. En attente du geste, elle invente un langage, s’étire dans le désir, enfante des milliers de demains habillés d’un souffle ingénu.

Des pas ensuite. Des pas lents, inconnus, et des teintes de sable que soulève le vent. Alors que l’aube s’engonce d’un voile obscur, au cœur s’incrustent les premiers grains d’un blanc sombre à perte de vue. Le gris se dépose du bout des lèvres. Angélique.

La nuit s’installe; sous des airs ténébreux, implore l’indulgence du regard. Dans une valse de clair-obscur, une colombe pose sa tête contre l’aile d’un corbeau. Du sombre émane un fragile parfum de vérité; du clair, une paix intense.

Tout est parfait.